Pourquoi ne sommes-nous pas tous riches?

Pourquoi ne sommes-nous pas tous riches ?
Est-ce possible d’apprendre à le devenir ?

Si la vraie richesse est un état d’âme et non pas la possession de millions de dollars…

alors, pourquoi ne sommes-nous pas tous riches?

Il n’y a pas si longtemps, les plus riches de la terre n’auraient pu avoir le confort que nous avons aujourd’hui. Pensez électricité, chauffage, réfrigérateur, ordinateur, téléviseur, téléphone portable, autos, avions, dentiste, médecine, etc. Regardez les gadgets que vous avez autour de vous. Démarreur à distance, outils électrique sans fil, etc. Demandez au plus de 50 ans comment ils vivaient en 1950! Quelle différence!

Voyez ce que vous avez mis dans votre panier d’épicerie en février dernier et comparez à ce que vous pouviez acheter en hiver il y a une cinquantaine d’années.  Sûrement pas des tomates ou de la salade, pas au Canada, en tout cas.

Pour résumer le tout : nous avons plus aujourd’hui pour le bien-être des gens ordinaires que le plus riche aurait pu se procurer il y a à peine 50 ans.  Mais tout ce « luxe »… est-il apprécié?

Pourquoi en voulons-nous encore plus? Que peut-il y avoir de plus qui vaille la peine que nous nous donnons à vouloir se l’approprier?

La richesse n’est pas d’avoir plus d’argent… La vraie richesse, c’est de connaître le secret pour pouvoir obtenir tout ce qu’on veut de la vie!  La richesse, c’est dans la tête que ça se passe… comme suggérait la chanson!

Devenir « riche » est une science qui s’apprend!

Intéressé?

Moi, aussi…, étudions la Vie ensemble!

Gilles Gauthier

L’ascenseur qui mène au succès est aujourd’hui hors service.

Vous allez devoir prendre l’escalier et gravir les marches une à la fois…

Opinion de Sagesse par Socrate

Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute opinion de la sagesse. Quelqu’un vient un jour trouver le grand philosophe et lui dit :

  « Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami?

  – Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j’aimerais te faire passer un test, celui des 3 passoires :

  – Les 3 passoires?

  Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire.

  C’est ce que j’appelle le test des 3 passoires. La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai?

  – Non. J’en ai simplement entendu parler…

  – Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité.

  Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?

  – Ah non ! Au contraire.

  – Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es même pas certain si elles sont vraies. Tu peux peut-être encore passer le test,car il reste une passoire, celle de l’utilité. Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?

  – Non. Pas vraiment.

  Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ? »