-Les Crochetteries de Lise

Les crochetteries de Lise…

Photo de Lise Gauthier, épouse de GillesElle a tous les talents et seul le temps lui manque pour réaliser tous ses projets!

Elle peint, tisse, pique, tricote…et naturellement, elle manie le crochet avec brio. Ses doigts agiles n’arrêtent jamais. Elle a toujours un projet qui tricote… ou qui mijote, car elle est aussi une excellente cuisinière. (Jetez un coup d’oeil sur ma corpulence et vous aurez tout compris)

Son autre passe-temps favori est l’ordinateur où elle exerce sa patience en jouant tout en écoutant sa musique préférée… le country sur l’Internet. Bref, voici une femme à la retraite qui n’arrête jamais, qui se tient occupéenapperons crochetés de couleuret qui a toujours mille projets en tête.nappe crochetée posée directement sur la table

Elle a maintenant son blogue pour échanger avec sa famille et ses amies. Elle aime faire la tournée et visiter ses amies et voisines, car c’est une femme qui ne tient pas en place et veut rendre service quand elle le peut.

On a eu trois enfants qui sont âgés maintenant de  46, 44 et 41 ans (c’était en 2004… faites le calcul pour calculer leur âge en 2019). Carole, l’aînée, enseigne à Wemotaci, 90 km de La Tuque, chez les Autochtones. C’est une femme déterminée qui ne s’en laisse pas imposer. Nous sommes très fier d’elle et espérons pouvoir la lire dans les pages de ce site très bientôt.

Nous sommes à la retraite et comme bien d’autres manquons de temps (et dcouvre pied vert piqué‘argent) pour accomplir tout ce que nous aimerions faire. Au printemps, on prépare des déclarations fiscales pour plusieurs centaines de clientnapperons crochetés couleur mauves. On travaille comme des fous pendant 3 mois, mais on gagne assez d’argent pour nous permettre de payer nos cartes de crédit… 🙂

Vous trouverez ici, quelques photos des magnifiques pièces que Lise a crochetées. Cliquez sur le lien ci-contre pour voir une partie de sa collection de pièces crochetées. artisanatLise

Sur la page suivante, vous trouverez des photos des peintures de Lise qui datent des années nappe crochetée80. Elle n’a pas touché de pinceaux depuis cette époque de sa vie. Elle dit qu’elle n’est pas inspirée pour le moment!

booties (pattes) de bébé, crochetéesQuelques mots sur ses talents de cuisinière…

Je l’ai rencontrée lorsque j’avais 17 ans et elle 15 ans. Je venais à peine de me joindre à la Royal Canadian Air Force lorsque je l’ai vu pour la première fois. Le coup de foudre avec cette fille… et j’allais être séparé d’elle pendant plus d’un an! Quelles souffrances j’ai endurées durant cette séparation et moi qui pensait que seules les filles pouvaient souffrir du mal d’être en amour avec l’amour comme ça. Un gars viril comme moi… c’était pas possible :-0(

Quand Ginette Reno chante… Tu vivras toujours dans mon coeur et Renée Martel chante J’ai un amour qui ne veut pas mourir… ma tête se remplit de doux souvenirs et fait vibrer nappe crochetée sur font vertmon conapperons de couleur crochetéeur comme à vingt ans… 🙂 Quel homme chanceux je suis d’avoir encore dans ma vie l’amour de ma jeunesse. Merci mon Dieu pour cela.

Durant mon absence, ma mère qui aimait Lise comme sa fille, a enseigné à ma future épouse la cuisine et lui a donné les recettes de mes plats préférés. Quel homme chanceux je fus lorsque je mariai cette femme adorable et qui savait si bien cuisiner…On dit que la meilleure façon d’attraper son homme c’est par le ventre… Pas bête la petite Boivin!

En tout cas, le truc a bien fonctionné puisque cela fait maintenant 48 ans que nous sommes mariés!

Voici unenapperon crocheté de ces fameuses recettes que ma mère lui a données. Elle vient de l’Onappe crochetée sur fond bleuntario, de la famille des Gauthier. (Nous sommes tous natifs de Hawkesbury et des environs) Cette recette était très populaire et l’est devenue au Québec à tous ceux et celles à qui nous l’avons donnée.

Le Spaghetti à la Mélina, sauce au bacon et tomates

Ingrédients : Une demi-livre de bacon que vous couperez en dés très fins. 2 bâtons de céleri aussi coupé très fin ainsi qu’un gros oignon. 1 boîte de tomates en dés. Du persil, sel, poivre au goût. Ajoutez du piment vert ou rouge si vous le désirez.

1- Faire cuinappe crochetée bleuere le bacon (bien doré et croustillant) 2- Ajouter le céleri et l’oignon- faire cuire croquant au goût 3- Ajouter les tomates pour déglacer la poêle. Voilà, c’est tout. Ne vous reste plus qu’à servir sur les spaghettis. Vous m’en donnerez des nouvelles. Les enfants en raffolent et les adultes aussi.

4 napperons et centre crochetésAttention : vous devriez prévoir en faire plus que nécessaire pour un repas car c’est encore meilleur réchauffé. Vous n’avez qu’à mélanger les spaghettis froids et le restant de sauce dans une poêle bien chaude pendant quelques minutes et voilà un autre repas excellent, différend et facile à préparer. C’est aussi une excellente idée pour un plat différend pour la boîte à lunch, parce que facile à réchauffer… Bon appétit!


Voir la prochaine page pour les tableaux de Lise…

Exposition de quelques photos de toiles, petits points, artisanat et une couple de recettes…

D’abord, je voudrais m’excuser pour la piètre qualité des photos que j’ai utilisées pour faire l’exposition des oeuvres de Lise. J’y reviendrai un jour… quand j’aurai plus de temps et de patience pour faire un beau travail.

Encore une couple de recettes de Mélina (ma mère) et de sa complice, Lise…cabane à sucre

Je vous présente ici une couple de plats populaires auprès des Canayens Français vivant en Ontario dans les années 40! Des recettes qu’ils ont emportées avec eux quand ils ont migrés au Québec durant la guerre. Vous ne le croirez peut-être pas mais c’est au Québec qu’on venait pour se trouver du travail après toutes ces années de crise! Pas dans l’Ouest canadien ou en Ontario… mais au Québec!fleur bleue

Il y a une explication toute simple pour ce curieux phénomène. C’est que la guerre faisait rage en Europe et les Allemands gagnaient du terrain partout. Alors, ici au Canada où il n’y avait pas encore de champs de batailles, on fabriquait de l’équipement de guerre et des munitions pour les alliés.

Devinez où étaient construites les usines qui fabriquaient ces munitions? Au Québec naturellement… Nos amis du reste du Canada nous aimaient tellement dans ce temps-là qu’ils nous donnaient volontiers ces usines-là sans rouspéter. Vous savez quoi : la première partie du pays qui serait bombardée serait l’endroit où sont les usines de munitions! Pas fous nos anglais… Après la guerre c’est probablement à cause de leur grand souci d’équité qu’ils ont gardé pour l’Ontario toutes les usines de fabrication d’automobiles avec leurs superbes conditions de travail.

 Excusez la disgression et le détour dans l’histoire du plus beau pays au monde! Voici deux autres recettes que ma mère a données à ma bien-aimée pour satisfaire mes goûts culinaires de Canayen Français de l’Ontario!

Steak bourré…(farci) (bourré (repus)… parce que c’est comme cela que vous allez vous sentir après en avoir mangé 🙂 )

2 tranches de steak dans la ronde ou 1 tranche de steak et 1 tranche de porc dans la fesse. Faire saisir de chaque côté dans une poêle bien chaude. Saler, poivrer au goût.

Faire bouillir des patates et les pilées avec un peu de beurre et de la sarriette.petit point

Placer une tranche de viande dans le fond d’un plat allant au four. Ajouter les patates pilées et placer l’autre tranche de viande sur le dessus.

Déglacer la poêle avec un peu d’eau et vider ce jus sur la viande. Couvrir le tout.

Faire cuire au four à 350 degrés jusqu’à ce que la viande soit tendre.

C’est tout – bourrez-vous!

N.B. On peut remplacer les tranches de viande par des tranches de coeur de boeuf ou de porc. C’est excellent!


Ketchup à la rhubarbe    Excellent pour accompagner le rôti de porc frais (froid?) Si votre religion vous le permet, naturellement. 🙂

2 tasses d’oignons hachés,  4 tasses de rhubarbe hachée, 1 1/2 tasse de cassonade, 12 onces de vinaigre, 1/2 c. thé de sel, 1/2 c. thé de cannelle, 1/2 c. thé de clou.

Faire bouillir jusqu’à épaississement ( près de 45 minutes ) Se conserve très bien.


Tarte au sucre et coconut (noix de coco)… d’Amanda, grande tante du père de Lise.

2 oeufs, 4 tasses de cassonade, 1 tasse de lait, 1 tasse de coconut râpé.

Mélanger le tout et placer dans 2 croûtes de tarte (non cuite).

Faire cuire à 350 degrés (environ 30 minutes)

Garantie de vous sucrer le bec. Cette tarte accompagnée de crème glacée est un péché de gourmandise. Vous avez été averti!


Avpetit pointertissement : ces recettes ne sont pas conseillées pour ceux et celles qui suivent une diète avec Weight Watchers ou qui veulent conserver la ligne, qui sont diabétiques ou qui font du mauvais cholestérol, etc.! Si vous décidez d’en parler à votre médecin… vous pouvez être certain qu’il (qu’elle) sera contre! Ce qui est bon au goût est peut-être mauvais pour vous!


Cliquez ici pour voir toute sa collection